C'est avec une joie non dissimulée - qui s'apparente pour la plupart à rien, ou à de la joie  dissimulée précisément, car de l'avis de mes contemporains je ne suis pas très expressive - que j'ai pu constater tout récemment la démocratisation de l'accès au fétichisme esthétique.

Hé oui !

Ainsi, dans le tramway, un papy monte, vêtu de ses plus beaux atours : un costume de la TaM*. "Diantre", pensé-je aussitôt, "un contrôleur" ! Je me fourvoyais alors. Il n'était pas contrôleur. Et rien dans son attitude ne suggérait l'autorité ou l'assurance d'ordinaire associées à ce respectable accoutrement. En effet, le papy se comportait bizarrement, le visage animé de nombreux tics, le regard inquiétant, inquiété et joyeux à la fois ; j'en déduis donc logiquement qu'il vénérait le personnel de la  célèbre société de transports et arborait avec une délectation sensuelle et amusée une tenue usurpée.

Par amour...


[J'aurais pu déduire qu'il était lui-même un employé proche de la retraite, et que les tics n'empêchent pas les administratifs et les vieux cadres de se balader dans le tram sans forcément avoir à verbaliser le monde ; mais chut. En l'absence de données fiables, et puisque toute supposition ne saurait être qu'une croyance, choississons la plus drôle]


* Transports en commun de l'Agglomération de Montpellier.